• La bibliothèque de l'éditeur

  • Détail d'une fresque de l'hôtel de Sambucy de Sorgue

  • Détail d'un décor de l'Antiphonaire de Nonenque

  • Détail d'un sondage du tablier du Pont Vieux. Juillet 2015.

  • Suivi de la restauration du moulin du Pont Vieux, 2016

  • Versant sud du Moulin du Pont Vieux.

Le blog de l'éditeur

 

Hôtel de Tauriac, tour des rois d'Aragon & beffroi

Venez les découvrir !

 

Des nouvelles du pont vieux et du moulin

Des nouvelles du pont vieux et du moulin

Le pont :

Le plus ancien document que l'on connaisse au sujet du pont Vieux est une charte de 1156 par laquelle le comte de Barcelone Raymond IV et son neveu le comte de Millau, Raymond-Béranger, accordent à l’abbé de Sylvanès, Guiraud (1144-1161), l'exemption de tous droits de péage "tant à Millau que sur le pont". Il forme alors un des rares points de franchissement du Tarn et  favorise les échanges, faisant de Millau une plaque tournante dans le système routier méridional. Dès la deuxième moitié du XIIIe siècle, il est probablement fortifié et équipé de tours défensives, à l’instar de la ville.

Durant tout le Moyen Âge et l’Ancien Régime, le pont et le moulin édifié sur la deuxième pile subissent nombre de crues du Tarn entraînant destructions et reconstructions successives.

Le pont est définitivement détruit par une crue du Tarn le 8 janvier 1758 : il ne subsiste plus aujourd'hui que deux arches et le moulin.

Un nouveau pont est construit à proximité immédiate, le pont Lerouge, en 1821. Il forme aujourd’hui l’un des principaux points de franchissement de la rivière desservant à l’ouest la D 992 vers Albi, et à l’est, la RN 9 en direction de Montpellier.