• La bibliothèque de l'éditeur

  • Détail d'une fresque de l'hôtel de Sambucy de Sorgue

  • Détail d'un décor de l'Antiphonaire de Nonenque

  • Détail d'un sondage du tablier du Pont Vieux. Juillet 2015.

  • Suivi de la restauration du moulin du Pont Vieux, 2016

  • Versant sud du Moulin du Pont Vieux.

Le blog de l'éditeur

 

La guerre est finie !

En novembre, la Ville de Millau fête la commémoration de l'armistice de 1914-1918.

 

 
     
La Grande Guerre au travers de documents d'archives

La Grande Guerre au travers de documents d'archives

Ordre de mobilisation générale

La guerre éclate le 1er aout 1914.

La presse locale s'en fait l'écho dans différents journaux, notamment le Messager de Millau :

> Journal littéraire, administratif, judiciaire,commercial et agricole.Période de parution :  1879 - 1944: ancien Journal de Millau paraissant tous les samedis.

Les millavois sont mobilisés. Ils sont répartis dans différents régiments, le 122e Régiment d’infanterie en garnison à Rodez, le 96e Régiment d’infanterie en garnison à Béziers, le 4e Régiment d’Infanterie en garnison à Toulon, le 42e Régiment d’infanterie coloniale en garnison à Marseille, le 2e Régiment de génie en garnison à Montpellier et le 142e Régiment d’infanterie en garnison à Toulouse.

"Souvenir des millavois", avril 1916, garnison de Montpellier (collection privée).

"Départ pour le front", 1916, garnison de Montpellier (collection privée).

"En permission", 1917, garnison de Montpellier (collection privée).

La guerre fait des ravages. Millau compte 98 morts, 13 disparus, et un prisonnier décédé.

La tombe de marbre blanc de Marius Bessière, mort le 15 avril 1915, montre le poilu lançant une grenade. Dans le Cimentière de l'Egalité, elle a été réalisée par le suclpteur aveyronnais Auguste Verdier, en 1921. C'est à lui que l'on doit la réalisation du Monuments aux morts de la guerre de 1914-1918 du Parc de la Victoire.

Le soldat porte une capote "Poiret" repliée sur les genoux, un casque "Adrian", des bandes moletières, des brodequins cloutés, deux gibecières, un couteau de combat et un étui à pistolet.

Il se distingue par ses deux médailles, la médaille militaire et la croix de guerre, probablement décernée à titre posthume.

 

Les poilus, figures emblématiques de la Première Guerre mondiale, sont représentés à de multiples occasions.

La ville possède une statue de plâtre d'un poilu signée Suin et réalisée en 1917 :